Alzheimer… une maladie contagieuse ?

Aujourd’hui en France, 850 000 personnes sont touchées par la maladie d’Alzheimer. Un chiffre qui ne cesse d’augmenter.

Ce 21 septembre, à l’occasion de la journée mondiale d’Alzheimer, l’association France Alzheimer remettra un livre blanc intitulé : « plaidoyer pour les aidants en activité professionnelle », en présence de la secrétaire d’Etat chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie, Pascale Boistard.

En effet, malgré les avancées médicales, c’est une maladie dégénérative incurable qui, à son stade final, rend le patient particulièrement dépendant. Aussi, au-delà du malade, c’est tout l’entourage qui est affecté.

En janvier, l’association France Alzheimer et maladies apparentées lançait une campagne intitulée «Bloqué ». Une courte vidéo illustrait le quotidien des aidants confrontés à la maladie. Car la maladie touche également ces hommes et femmes qui partagent le quotidien du malade.

En effet, les aidants souvent familiaux, souffrent également de la maladie d’Alzheimer, que ce soit moralement ou financièrement.

Car, bien que beaucoup associent la maladie d’Alzheimer à la perte de mémoire, il s’agit en réalité d’une maladie neurodégénérative entrainant des troubles cognitifs importants (tels que l’irritabilité, des troubles de l’émotion et des fonctions exécutives, ainsi que des troubles du langage) et à terme la perte des fonctions autonomes.

Ces symptômes sont la cause d’une grande dépendance du malade et de la détresse des proches qui endossent le rôle d’aidant.

Aidants et soignants : une complémentarité nécessaire

Au-delà même de la sphère médicale, les personnes qui entourent le malade jouent un rôle dans son quotidien du patient. Les soignants et professionnels de santé doivent donc prendre en compte ces aidants qui accompagnent quotidiennement le malade et vivent souvent au rythme de la maladie.

Pour cela il est important pour le corps médical de se positionner afin que chacun trouve sa place dans le processus d’accompagnement. Mais également de s’inscrire dans une logique d’écoute pour éviter les situations de conflits et comprendre les besoins de chacun.

En effet, il est important de faire alliance et d’établir une communication pérenne en accompagnant les aidants et en les conseillant sur les dispositifs existants.

Ainsi Panacéa, bien conscient de cette problématique et des besoins qui en découlent, propose d’accompagner les soignants pour mener à bien leur relation avec les proches des malades d’Alzheimer. La formation : « Aidants familiaux, aidants professionnels : quel positionnement pour que chacun trouve sa juste place ? », permet aux soignants d’appréhender les liens familiaux et leur évolution suite à la dégradation physique et psychique de la personne aidée. Mais également, différentes clefs pour établir une relation de confiance entre le corps médical et les proches dans une logique de complémentarité. Le but étant de repérer en amont les difficultés et besoins que vont rencontrer les proches des patients.

A travers cette formation personnalisable et exportable en intra, Panacéa propose des points de vue d’experts pour répondre au mieux aux attentes et à l’environnement professionnel.

ABK

Conceptrice rédactrice

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s