Le lait maternel, ce nouvel or blanc

Le lait maternel, ce nouvel or blanc

 

Tu allaites ?

C’est la question pour laquelle tout le monde semble avoir un avis, du plus scientifique au plus prosaïque.

Allaiter c’est bon pour la santé de l’enfant, pour ses défenses immunitaires, son développement ! Si tu es une bonne mère, tu ne peux l’ignorer ! Après tout, allez savoir ce qu’ils mettent dans le lait en poudre !

À l’heure du naturel, du bio et du consommer sainement, difficile d’ignorer les discours pro-allaitement.  Cependant, nombreuses sont les femmes qui dénoncent une pression sociale et s’opposent fermement à ce qu’elles qualifient de dictat. Ainsi, la question des bienfaits du lait maternel continue de diviser et d’alimenter le débat.

Pour autant, il est un domaine où la question du pour ou contre ne se pose pas : celui de la néonatologie.

Le lait maternel : une nécessité pour les prématurés.

Les grands prématurés en dessous d’1kg5 ne peuvent digérer autre chose que le lait maternel. Toutefois, leurs mères ne sont pas toujours en mesure d’en donner. C’est à ce moment qu’interviennent les lactarium.

Les lactarium sont des centres qui collectent, analysent et distribuent les dons de lait maternel sous la responsabilité de l’AFSSAPS. En France, il en existe 19 et le plus important est le lactarium de Marmande.

Les contrôles sanitaires y sont très stricts, comme on a pu le voir ces derniers jours au lactarium de l’hôpital Necker qui subit actuellement une inspection à la suite de la mort suspecte de deux prématurés.

Ces centres sont alimentés par des femmes qui produisent plus de lait que les besoins nécessaires à leur enfant et qui font gracieusement don de cet excédent à un lactarium dans l’espoir d’aider un tout petit.

Les lactarium mettent à leur disposition le matériel dont elles ont besoin, mais aussi conseils et soutiens. Ils viennent chercher les dons à domicile environ une fois par mois et analysent ensuite le lait avant de le distribuer aux hôpitaux.

Les lactarium contrôlent ainsi les donations en garantissant un suivi bactériologique et virologique. Ce sont les seules banques de lait autorisées en France.

Tout aussi indispensables que l’EFS et le don du sang pour ces enfants nés trop tôt, les lactarium sont pour autant méconnus et rencontrent des difficultés pour répondre aux besoins des services de néonatologie.

En effet, le don de lait est faible et cela contraint les lactariums à réserver le lait maternel aux prématurés. Or cette restriction à ouvert la porte à un commerce alternatif des plus dangereux.

Le lait maternel : le marché noir de l’or blanc

adobestock_74756803

Face à l’accès limité au don de lait maternel, un marché parallèle s’est organisé et il inquiète pédiatres et scientifiques.

En effet, internet a vu se développer une offre et une demande de don de lait informel loin des procédures encadrées des lactarium. Ceux qui le souhaitent peuvent y rencontrer des mères donnant ou même vendant leur lait.

Or, en France, la loi interdit la cession de produits du corps humain, néanmoins nombreuses sont celles qui affirment que leur lait n’en est pas un, au sens légal du terme. En effet, le droit a toujours assimilé les produits du corps humain à des tissus, des organes ou du sang. Le lait maternel ne semble donc pas entrer dans cette définition.

En dehors de l’aspect légal ce sont les risques biologiques qui inquiètent le corps médical. En mars 2015, des scientifiques anglais tiraient la sonnette d’alarme avant même la fin de leur étude et révélaient que 90% des échantillons (de dons de lait informels) analysés présentaient des risques bactériologiques importants. En France, les autorités sanitaires rappellent régulièrement les dangers d’une telle pratique.  Mais ces mises en garde se heurtent à des convictions profondes.

Les posts que l’on peut lire sur les forums et les réseaux sociaux semblent être pleins de bonne volonté : « le lactarium est trop loin de chez moi et ne veut pas de mon lait, je vais devoir le jeter ! », «je ne fume pas, ne bois pas et ma sérologie est négative, contactez-moi !». Les femmes y vantent leur bonne santé et leur hygiène de vie pour rassurer ou séduire l’acheteuse potentielle, pointant du doigt les lactarium qui refusent de répondre à une demande existante et justifiée.

Ainsi, malgré les mises en garde, le marché perdure. Mais à quel prix ? Sans contrôle le lait maternel peut se révéler bien plus nocif que les défauts que l’on prête au lait lyophilisé artificiel ou au lait animal.

En effet, au delà de la collecte et de la redistribution du lait la mission principale des lactarium est d’analyser le lait reçu et d’en faire un produit à finalité sanitaire. Ce sont des banques de lait ultra sécurisées et obéissant à des protocoles stricts. Pourtant, même ces structures ne sont pas sans risque. On peut donc craindre le pire de ces ventes de lait non encadrées.

Il semble donc urgent de faire évoluer la distribution du lait maternel en France. En effet, le don de lait est méconnu du grand public et nombreux sont les témoignages de femmes habitant trop loin d’un lactarium et qui ne peuvent pas donner malgré leur volonté. Contrairement au don du sang, les lactarium manquent d’infrastructures et leur mission de visibilité.

Une réaction des autorités publiques serait donc la bienvenue et permettrait de mettre fin à un marché dangereux. Car pour l’instant, le système semble avoir deux vitesses. Il est en effet incohérent pour les autorités sanitaires et publiques de soutenir ouvertement l’allaitement et les bienfaits du lait maternel, sans pour autant en développer l’accès pour celles qui ne peuvent pas nourrir leur enfant par leurs propres moyens.

ABK / Conceptrice rédactrice

Panacéa Conseil et Formation

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s